750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au pays des conserves et des confitures.

L'oreiller de la belle Aurore

C'est ma dernière grande émotion pour 2011, que je n'ai concretisé qu'aux premiers jours de 2012, car j'arrivai toujours trop tard pour acheter ma part de cet "Oreiller de la Belle Aurore"

 

Qu'est ce donc que cet Oreiller là ?

 

Voilà ce que nous explique "LYON SAVEURS" 


ATTENTION LA  LECTURE DE CETTE DESCRIPTION PEUT INDUIRE UNE OBSESSION....... CELLE D'EN VOULOIR VITE TRES VITE!!!!!!!


C'est à  LYON.........mais DOMMAGE il n'y en aura plus avant Noel prochain ......... roooooo ça c'est cruel

 

 

 

""........A l’origine, c’est un pâté en croûte froid, de forme carrée, dont la taille ressemble à celle d’un oreiller que Brillat-Savarin (né à Belley en 1755) avait confectionné en l’honneur de sa mère, Claudine Aurore Récamier, et qu’il baptisa « L’oreiller de la belle Aurore ». Un rapide coup d’œil à la recette de cet oreiller nous confirme qu’il devait être bien douillet au palais et au nez.

En effet, il était composé de noix de veau, de perdreau rouge, de râble de lièvre, de poulet, de canard, de ris de veau et de filet de porc. L’ensemble marinait douze heures avant que le pâté soit monté sur une pâte feuilletée en alternant les viandes, avec une farce de foies blonds de poulardes de Bresse enrichie de moelle de bœuf et de truffe du Bugey. On y ajoutait encore de belles tranches de jambon, des pistaches blanchies, des lamelles de truffes et quelques bons morceaux de beurre de Bresse, avant de recouvrir l’ensemble d’une seconde pâte feuilletée et de mettre à cuire au four..........

 

........Le commentaire que  Lucien Trendet à rajouté à cette recette se suffit à lui même pour éveiller nos sens et susciter notre intérêt : « Lorsqu’on coupe l’oreiller de la belle Aurore, le parfum des truffes noires, mêlé au fumet des viandes, embaume la salle à manger. Les tranches tombant sous le couteau présentent l’aspect d’une mosaïque de couleurs vives et variées et sont imprégnées des sucs d’une gelée vineuse couleur d’or. La croûte, toute pénétrée d’un mélange onctueux de beurre frais et de foies de volailles, est tendre sous la dent et fondante dans la bouche. ».

 

Claudius Reynon (Meilleur Ouvrier de France) et fondateur de la Maison C. Reynon à Lyon en 1937 a (re)découvert la recette de Brillat-Savarin et comme il lui restait quelques gibiers après les fêtes de Noël, il entreprît de confectionner un « Oreiller de la Belle Aurore » en y apportant sa touche personnelle. Le succès fût immédiat et la tradition perdure, puisque les fils et maintenant le petit fils de Claudius confectionne chaque année entre Noël et le jour de l’an ce fabuleux pâté pour le plaisir des lyonnais et des gourmands de toute la région. Ce n’est pas une mince affaire, car chaque pâté pèse trente kg, cuit huit heures au four et refroidit encore pendant seize heures afin de développer tous ses parfums.............""

 

 

Voilà !!!!!!! je ne vous en dis pas plus si ce n'est que ce n'est que du bonheur  voici la suite de l'article

http://www.lyon-saveurs.fr/?p=11211

 

 

Voici la belle tranche que je me suis offerte 

 

Oreille-de-la-belle-Aurore.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Et voici ce que nous présente LYON SAVEURS sur son site http://www.lyon-saveurs.fr/?p=11211

 

Oreiller-de-la-belle-Aurore-2.jpg

 

Oreille-de-la-belle-Aurore-3.jpg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article